Stratégie nationale santé psychique

 
La prise en charge psychique est une priorité du Conseil fédéral en matière de santé. Le rapport « Mesures envisagées dans le domaine de la santé psychique en Suisse » publié en novembre 2016, a identifié quatre champs d’action : sensibilisation, déstigmatisation et information ; réalisation d’actions dans la promotion de la santé, la prévention et le dépistage précoce ; défense des intérêts et bases scientifiques ; structures et ressources. A l’avenir, le Conseil fédéral veut concentrer ses tâches de coordination sur l’intégration de la santé psychique dans des programmes existants, le développement de la mise en réseau des acteurs ainsi que le lancement d’une vérification du financement.

 

Christoph Gitz, Secrétaire générale 

En novembre 2016, le Conseil fédéral publiait le rapport « Mesures envisagées dans le domaine de la santé psychique en Suisse » en réponse au postulat de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS - CE) (13.33790) de mai 2013. Le postulat demandait au Conseil fédéral de présenter une évaluation du vaste monitorage 2012 de l’Observatoire suisse de la santé sur « La santé psychique en Suisse » ainsi que les mesures concrètes qu’il envisage de prendre dans le domaine. La réponse au postulat tenait en outre compte des enjeux de la pétition 12.2037n « Santé psychique. Pour nous tous – contre la marginalisation » de l’Alliance Santé Psychique Suisse.

Le rapport « Santé psychique en Suisse – Etat des lieux et champs d’action » adopté en mai 2015 par le Dialogue « Politique nationale de la santé » a servi de base à la réponse au postulat, de même que le rapport adopté et publié par le Conseil fédéral en mars 2016 en réponse au postulat Stähelin (10.3255) « Avenir de la psychiatrie en Suisse ». Le rapport en réponse à la motion 11.3973 «prévention du suicide, mieux utiliser les leviers disponibles » accessible au public conjointement avec un plan d’action depuis 2016 (voir également notre rubrique « Hotspot ») a également été pris en considération. Il convient d’évoquer également la base supplémentaire que représente l’étude réalisée par le bureau BASS sur mandat de l’OFSP, et publiée en novembre 2016 sur « la situation de la prise en charge de personnes concernées par les maladies psychiques en Suisse ». Pour être exhaustif, il faut encore mentionner les activités suivantes au niveau fédéral : la stratégie nationale Addictions, la stratégie nationale en matière de démences, la stratégie nationale Prévention des maladies non transmissibles (stratégie MNT) ainsi que la poursuite du développement de l’assurance invalidité (AI).

 

Champs d’action et mesures

Le rapport « Mesures envisagées dans le domaine de la santé psychique en Suisse » identifie quatre champs d’action. Dans ce cadre, la fondation Promotion santé suisse est principalement active dans les champs d’action « sensibilisation, déstigmatisation et information » et « réalisation d’actions dans la promotion de la santé, la prévention et le dépistage précoce » par des programmes d’action cantonaux. De son côté, la Confédération, en plus de ses activités de coordination, se concentre en particulier sur l’intégration de la santé psychique dans ses programmes existants ainsi que sur le renforcement des structures / ressources par un développement de la mise en réseau des acteurs et une vérification du financement. Le financement a déjà pu être réalisé grâce à la hausse du supplément de prime pour la prévention des maladies de CHF 2.40 aujourd’hui à CHF 3.60 dès 2017, respectivement CHF 4.80 dès 2018 par personne assurée, décidée par le DFI.

Grâce à cette augmentation des moyens de près de 8 millions de francs par année, la fondation Promotion santé suisse deviendra ces prochaines années un acteur central dans le domaine de la conception, du soutien et du développement de mesures en faveur de la promotion de la santé psychique et de la prévention des maladies psychiques.

La mise en œuvre des mesures formulées dans le rapport en réponse au postulat Stähelin (10.3255) « Avenir de la psychiatrie en Suisse » prévoit trois pistes :

1.     Amélioration de la coordination des offres et développement de la qualité de l’offre

2.     Financement durable des structures de soins intermédiaires (par exemple cliniques de jour et de nuit)

3.     Soutien de la formation de spécialistes dans le domaine de la psychiatrie.

La mise en œuvre des mesures incombe à différents services fédéraux, à la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé ainsi qu'aux cantons et aux fournisseurs de prestations. D’autres activités sont menées de front au niveau fédéral dans le domaine de la santé psychique. On peut citer notamment : l’élaboration et la mise en œuvre du plan d’action pour la prévention du suicide ou la stratégie nationale Addictions.

 

Conclusion et perspectives

Le récent monitorage sur la santé psychique en Suisse (Obsan rapport 72) note que la charge psychique de la population suisse est restée stable ces dernières années. Ceci en dépit d’une comparaison dans le temps relativement difficile et de données épidémiologiques insuffisantes. Le recours à des traitements pour des problèmes psychiques a certes augmenté, mais un certain écart de traitement peut toujours être postulé, particulièrement en ce qui concerne la prise en charge psychiatrique et psychothérapeutique d’enfants et d’adolescents ainsi que dans les régions rurales. Les causes relèvent aussi bien de la répartition des ressources disponibles qu’aux entraves d’accès individuelles et sociétales connues. Malgré un nombre très élevé de psychiatres en comparaison européenne, on assiste à de longs délais d’attente pour les rendez-vous et les places de thérapie dans les cabinets psychiatriques. Taux d’activités bas, prestations de base non financées etc. ne suffisent pas à expliquer cet état de fait. Dans un avenir proche, il faudra non seulement surveiller l’attractivité de la spécialité pour la relève, mais en particulier aussi repenser la répartition des ressources et des tâches entre les domaines de prise en charge, les spécialistes, ainsi qu’entre les domaines de la santé et du social.

.hausformat | Webdesign, Typo3, 3D Animation, Video, Game, Print
###DEVNOTE###